Dossier : La Suède et l'Europe, partie 3

Faites vos premiers pas en Suède et découvrer un peu plus ce pays de Scandinavie.

Modérateurs : suede, chager, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
suede
Site Admin
Site Admin
Messages : 12822
Inscription : 12 juil. 2002 18:09
Niveau de suédois : Avancé
Localisation : Sundsvall
Contact :

Dossier : La Suède et l'Europe, partie 3

Message par suede » 28 févr. 2004 11:07

Voici un dossier préparé par Philippe Denis, http://www.philippedenis.fr.tc , dans le cadre de son cours d'histoire.
Suite de : http://www.photos-suede.com/forum/sweden-ftopic476.php
4. L’euro repoussé par les Suédois.

4.1 Le référendum.
Après avoir adhéré à la CEE, la parlement se di prêt, à 75% pour, de rentré dans L’Union Economique Monétaire. Un référendum sera effectué le 15 septembre 2003. Les sociaux-démocrates menés par Anna Lindh et Göran Persson sont partisans du « oui » à l’UEM. Tandis que les autres partis de gauche (ex communiste) et les écologistes Suédois sont favorables au « non ». Les verts vont même jusqu'à « prédire un cataclysme si la monnaie unique rentre dans ce paradis ».
Le 11 septembre 2003 Anna Lindh est assassinée dans un super marché de Stockholm. Le référendum est remis en questions. Mais le parlement décide de ne pas le déplacer en argumentent qu’il ne faut pas laisser la violence triompher sur tout. Le référendum est refusé à une large majorité: 56% de « non ». Ce référendum est accepté dans la région de Stockholm et en Scanie, sud du pays très développé économiquement qui possède de nombreux échanges avec le Danemark et l’Allemagne.

4.2 Les causes de ce refus catégorique des Suédois.
Comme nous l’avons vu la Suède a voté « non » lors du référendum. Plusieurs raisons peuvent être mises en cause :

 Les Suédois veulent privilégier la défense de la démocratie, ce que la bureaucratie bruxelloise n’incarne pas à leurs yeux

 Ils veulent une indépendance : la peur qu’une banque centrale européenne avec des « banquiers centraux » qui n’en feraient qu’à leur tête et la banque de Suède est moins transparente que la BCE au niveau justification des choix, et soumise à d’énorme pression politique.

 Le pouvoir de décider soi-même : la crainte de subir des politiques économiques et fiscales qui affecteraient leur Etat de providence, sans qu’ils puissent avoir leurs morts à dire, semble avoir été fatale à l’euro.

 Selon un sondage les femmes ont dis « non » à 60%. En Suède, les femmes sont d’avantage de gauche et beaucoup d’entre elles travaillent dans les secteurs publics. Elles ont donc peur de perdre leur places et son très attachés à l’a notion d’Etat providence.

 Les grands pays, particulièrement la France et l’Allemagne,se sont ouvertement moqués du pacte de stabilité tandis que les petits pays avaient fait beaucoup d’effort.

 La peur de voir leur taux de croissance (3% contre 0.5% pour l’Europe) et donc leur économie chuter.

 La manière dont le camp du « oui » avait mené sa campagne, en particulier contre le social-démocrate Göran Persson. Il avait eu l’imprudence de dire qu’en cas de « non » au référendum, un nouveau référendum pourrait y remédier. Cette maladresse a été exploitée par le partisan du « non » en disant qu’un oui au référendum serait définitif tandis qu’un « non » pourrait toujours être reconsidéré par la suite

 Une campagne pour l’approbation de l’euro dominée par la démagogie : l’euro entraînerait une catastrophe pour la suède ou comparer l’Europe à un tentative avorté d’Hitler de créer un état fort.

Bref plein de raisons qui sont presque les mêmes que lors de l’entrée dans la CEE, et ont incité les Suédois à refuser l’adhésion à l’UEM. Mais les raisons pour lesquelles elle a été refusée n’est pas seulement une question politique et économique mais surtout une question psychologique des Suédois. Le Couronne Suédoise est un signe de puissance pour les agriculteurs. Avouons le, sur le plan économique la Suède est bien située et il est normal qu’avec la forte puissance économique qu’ils ont, ils ne vont pas s’embarquer dans un projet encore entrain de trouver ses marques. Peut être que par après ils se joindront à nous comme le fera sans doute la Grande Bretagne.



4.3 Les conséquences de ce refus
La première conséquence pour nous autres Européens c’est la remise en question de la Suède face à l’Europe. Le parlement suédois insiste sur le « non » à l’euro et pas à l’Europe mais la plupart de la population ne pense pas pareil.
La deuxième conséquence pour les Suédois : le parti du premier ministre, le social démocrate qui était le grand gagnant des élections précédentes, n’a pas les mêmes idées que ses électeurs et au sein de l’état peut-être que certains changements se feront sentir. En gros la démocratie suédoise ne sort pas grandie de ce référendum car le parlement se dit prêt à l’euro et le peuple refuse… la démocratie dit bien que le pouvoir vient du peuple en l’occurrence ici elle vient bien de celui-ci mais les dirigeants, alors, choisis ne correspondent pas aux attendes du peuple !
La suite ici : http://www.photos-suede.com/forum/sweden-ftopic478.php
Dernière modification par suede le 02 mars 2005 15:37, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
suede
Site Admin
Site Admin
Messages : 12822
Inscription : 12 juil. 2002 18:09
Niveau de suédois : Avancé
Localisation : Sundsvall
Contact :

Message par suede » 29 févr. 2004 11:57

Commentez volontiers cet article dans le premier message du dossier : http://www.photos-suede.com/forum/sweden-ftopic475.php

François

Verrouillé

Revenir à « Premiers pas en Suède »