Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompaniet

L'ancienne colonie suédoise de S:t Barthélemy et son histoire.

Modérateurs : suede, chager, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
JacquesG
Suédonaute Permanent
Suédonaute Permanent
Messages : 3157
Inscription : 02 janv. 2005 15:01
Niveau de suédois : Avancé
Localisation : Dijon, France
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par JacquesG » 04 mai 2011 18:33

C'est normal, ce qui est entre guillemets est du suédois du début du 19ème siècle, Google ne connait que le suédois moderne ! :wink:

Man önskade därför begiva sig till det inre av Afrika för att söka efter staden med gator av guld, och Gustav III intresserade sig för saken "åtminstone för så vida det gälde efterforskandet af guld och ädla stenar".[178]

On désirait donc se rendre à l'intérieur de l'Afrique à la recherche de la ville aux rues d'or, et Gustav III s'intéressait à cette affaire "du moins dans la mesure où il s'agissait de rechercher de l'or et des pierres précieuses."

Un eldorado en Afrique ??? :(

S:t Barthélemysällskapet
Suédonaute accro
Suédonaute accro
Messages : 1020
Inscription : 09 févr. 2007 12:08
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par S:t Barthélemysällskapet » 04 mai 2011 22:29

il y a effectivement cette question de la langue ancienne, mais je pense qu'il y a aussi un petit problème dans la "mécanique" de fonctionnement du traducteur...

nous en sommes là :wink:
Wadström hörde nämligen till Swedenborgs ivrigaste lärjungar i Sverige, och bland dessa var det en allmänt utbredd tro, att det nya Jerusalem existerade i Afrika. Man önskade därför begiva sig till det inre av Afrika för att söka efter staden med gator av guld, och Gustav III intresserade sig för saken "åtminstone för så vida det gälde efterforskandet af guld och ädla stenar".[178] Han gav nämligen tillstånd åt 40 familjer att emigrera till Afrikas västkust, men till följd av bl. a. det pågående kriget mellan Frankrike och England, kom företaget icke till stånd.[179] Däremot företog Wadström 1787-88 en resa till Senegalkusten i sällskap med Anders Sparrman samt kemisten och mineralogen Carl Axel Arrhenius. Den förre hade redan tidigare gjort sig känd som upptäcktsresande, och i en reseskildring, som tryckts redan 1783, hade han på ett avskräckande sätt skildrat slaveriet i Sydafrika.[180] Dahlgren talar om Wadströms "nit för en rörelse, hvari han måhända mera tillfälligt än afsiktligt blivit inledd",[181] och det synes troligt, att det till stor del var genom Sparrmans inflytande, som Wadströms intresse kom att inriktas på kampen mot slavhandeln. I den skildring av resan till Afrika, som Wadström själv utgav i London 1789, framhöll han upprättandet av europeiska kolonier i Afrika som det verksammaste medlet att höja negrerna och undertrycka slavhandeln.[182] Den engelska kolonin Sierra Leone var ett försök att verkställa dylika planer.

[178] Rob. Sundelin, Svedenborgianismens historia i Sverige, s. 53.
[179] E. W. Dahlgren, a. a., s. 5.
[180] A. Sparrman, Resa till Goda Hopps-Udden, s. 210 ff., 229 ff., 320 f. och 752 ff.
[181] Dahlgren, a. a., s. 18.
[182] Ibid., s. 22 f. Jfr även S. Lindroth, Adam Afzelius (Lychnos 1944), s. 28-43.

Wadström (entendu à savoir ???) disciples les plus ardents des swedenborgiens en Suède, et parmi eux était répandue la croyance que la Nouvelle Jérusalem existait en Afrique. (Du moins jusqu'à présent le débiteur après la conduite de la recherche d'or et de pierres précieuses et Gustav III avait un intérêt dans l'affaire ???), "Nous avons donc voulu partir pour l'intérieur de l'Afrique à la recherche de la ville avec les rues d'or"[178]. Il a donné l'autorisation à 40 familles d'émigrer vers la côte ouest de l'Afrique, mais en raison, entre autres, de la guerre en cours entre la France et l'Angleterre, la société (n'est pas venu pour être poursuivi ???).[179] Cependant, Wadström en 1787-88 avait entrepris un voyage vers la côte du Sénégal, accompagné d'Anders Sparrman et du chimiste et minéralogiste Carl Axel Arrhenius. Le premier avait déjà une réputation d'explorateur, et dans un livre de voyage, qui avait été imprimé en 1783, il avait présenté l'esclavage en Afrique du Sud de manière dissuasive[180]. Les propos de Dahlgren sur le zèle de Wadström pour un mouvement, (dont il avait peut-être plus temporaires que afsiktligt été ouverte ???),[181] et il semble probable qu'il a été en grande partie sous l'influence de Sparr, qui a incité Wadström à se concentrer sur la lutte contre l'esclavage. Dans le récit de voyage en Afrique, publié par Wadström à Londres en 1789, il a déclaré l'établissement de colonies européennes en Afrique comme le moyen le plus efficace de collecter des nègres et de réprimer la traite des esclaves.[182] La colonie anglaise de Sierra Leone a été une tentative d'exécution de plans similaires .

[178] Rob. Sundelin, l'histoire du Swedenborgisme en Suède, p. 53.
[179] E. W. Dahlgren, op.cit., p. 5.
[180] A. Sparrman, Journey to cape Good Hope, p. 210 et suiv., 229 et suiv., 320 et suiv. et 752 et suiv.
[181] Dahlgren, op.cit., p. 18.
[182] Ibid., p. 22 et suiv. Voir aussi S. Lindroth, Adam Afzelius (Lychnos 1944), p. 28-43.

Avatar de l’utilisateur
JacquesG
Suédonaute Permanent
Suédonaute Permanent
Messages : 3157
Inscription : 02 janv. 2005 15:01
Niveau de suédois : Avancé
Localisation : Dijon, France
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par JacquesG » 05 mai 2011 09:01

Suite :

Il faut savoir que W faisait partie des disciples les plus fervents de S et parmi ceux-ci était généralement répandue la croyance que la nouvelle Jérusalem existait en Afrique. On désirait donc se rendre à l'intérieur de l'Afrique à la recherche de la ville aux rues d'or, et Gustav III s'intéressait à cette affaire "du moins dans la mesure où il s'agissait de rechercher de l'or et des pierres précieuses." Il accorda en fait à 40 familles l'autorisation d'émigrer sur les côtes occidentales de l'Afrique mais, entre autre à cause de la guerre qui sévissait entre la France et l'Angleterre, cette entreprise ne vit pas le jour. Par contre W entreprit un voyage sur les côtes sénégalaises en compagnie de A S ainsi que du chimiste et minérologue CA A. Ce dernier s'était fait connaître auparavant comme explorateur et, dans une relation de voyage qui avait paru dès 1783, il avait décrit de manière effroyable l'esclavage en Afrique du Sud [180].

La suite bientôt ! :wink:

S:t Barthélemysällskapet
Suédonaute accro
Suédonaute accro
Messages : 1020
Inscription : 09 févr. 2007 12:08
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par S:t Barthélemysällskapet » 05 mai 2011 17:09

on en sera là :wink:
Dahlgren talar om Wadströms "nit för en rörelse, hvari han måhända mera tillfälligt än afsiktligt blivit inledd",[181] och det synes troligt, att det till stor del var genom Sparrmans inflytande, som Wadströms intresse kom att inriktas på kampen mot slavhandeln. I den skildring av resan till Afrika, som Wadström själv utgav i London 1789, framhöll han upprättandet av europeiska kolonier i Afrika som det verksammaste medlet att höja negrerna och undertrycka slavhandeln.[182] Den engelska kolonin Sierra Leone var ett försök att verkställa dylika planer.

[181] Dahlgren, a. a., s. 18.
[182] Ibid., s. 22 f. Jfr även S. Lindroth, Adam Afzelius (Lychnos 1944), s. 28-43.
Les propos de Dahlgren sur le zèle de Wadström pour un mouvement, (dont il avait peut-être plus temporaires que afsiktligt été ouverte ???),[181] et il semble probable qu'il a été en grande partie sous l'influence de Sparr, qui a incité Wadström à se concentrer sur la lutte contre l'esclavage. Dans le récit de voyage en Afrique, publié par Wadström à Londres en 1789, il a déclaré l'établissement de colonies européennes en Afrique comme le moyen le plus efficace de collecter des nègres et de réprimer la traite des esclaves.[182] La colonie anglaise de Sierra Leone a été une tentative d'exécution de plans similaires .

[181] Dahlgren, op.cit., p. 18.
[182] Ibid., p. 22 et suiv. Voir aussi S. Lindroth, Adam Afzelius (Lychnos 1944), p. 28-43.

Avatar de l’utilisateur
JacquesG
Suédonaute Permanent
Suédonaute Permanent
Messages : 3157
Inscription : 02 janv. 2005 15:01
Niveau de suédois : Avancé
Localisation : Dijon, France
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par JacquesG » 06 mai 2011 09:15

Fin de ce passage :

D. parle à propos de W. de "son zèle/ardeur pour un mouvement dans lequel il a été introduit peut être plus fortuitement qu'intentionnellement" et il semble probable que c'est en grande partie à cause de l'influence de Sparrman que l'intérêt de W. s'est dirigé sur le combat contre le commerce d'esclaves. Dans la relation de son voyage en Afrique, que W. lui-même fit paraître à Londres en 1789, il fait remarquer que l'installation de colonies européennes en Afrique était le moyen le plus efficace d'améliorer le sort des nègres et de réprimer la traite négrière. La colonie anglaise de SL était une tentative de mettre en pratique des plans similaires.

S:t Barthélemysällskapet
Suédonaute accro
Suédonaute accro
Messages : 1020
Inscription : 09 févr. 2007 12:08
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par S:t Barthélemysällskapet » 06 mai 2011 22:44

au final, nous avons donc, pour :
Det förtjänar dock att omnämnas i detta sammanhang, att den stora indignation över slavhandeln, som började växa sig stark ute i världen vid denna tid, även hade vunnit insteg i Sverige. Det har t. o. m. gjorts gällande, att Sverige härvidlag varit ett föregångsland, i det att år 1779 ett förbund stiftades i Norrköping under ledning av Carl Bernhard Wadström med avsikt att grundlägga en koloni i Afrika och att där verka för slavhandelns avskaffande. E. W. Dahlgren, som redovisat och värdesatt källorna till Wadströms insatser för slavhandelns bekämpande, har emellertid gjort högst troligt, att den ursprungliga avsikten med förbundet i Norrköping icke varit att bekämpa slavhandeln utan att grundlägga ett swedenborgskt samhälle i Afrika.[177] Wadström hörde nämligen till Swedenborgs ivrigaste lärjungar i Sverige, och bland dessa var det en allmänt utbredd tro, att det nya Jerusalem existerade i Afrika. Man önskade därför begiva sig till det inre av Afrika för att söka efter staden med gator av guld, och Gustav III intresserade sig för saken "åtminstone för så vida det gälde efterforskandet af guld och ädla stenar".[178] Han gav nämligen tillstånd åt 40 familjer att emigrera till Afrikas västkust, men till följd av bl. a. det pågående kriget mellan Frankrike och England, kom företaget icke till stånd.[179] Däremot företog Wadström 1787-88 en resa till Senegalkusten i sällskap med Anders Sparrman samt kemisten och mineralogen Carl Axel Arrhenius. Den förre hade redan tidigare gjort sig känd som upptäcktsresande, och i en reseskildring, som tryckts redan 1783, hade han på ett avskräckande sätt skildrat slaveriet i Sydafrika.[180] Dahlgren talar om Wadströms "nit för en rörelse, hvari han måhända mera tillfälligt än afsiktligt blivit inledd",[181] och det synes troligt, att det till stor del var genom Sparrmans inflytande, som Wadströms intresse kom att inriktas på kampen mot slavhandeln. I den skildring av resan till Afrika, som Wadström själv utgav i London 1789, framhöll han upprättandet av europeiska kolonier i Afrika som det verksammaste medlet att höja negrerna och undertrycka slavhandeln.[182] Den engelska kolonin Sierra Leone var ett försök att verkställa dylika planer.

[177] E. W. Dahlgren, Carl Bernhard Wadström. I: NTBB 1915.
[178] Rob. Sundelin, Svedenborgianismens historia i Sverige, s. 53.
[179] E. W. Dahlgren, a. a., s. 5.
[180] A. Sparrman, Resa till Goda Hopps-Udden, s. 210 ff., 229 ff., 320 f. och 752 ff.
[181] Dahlgren, a. a., s. 18.
[182] Ibid., s. 22 f. Jfr även S. Lindroth, Adam Afzelius (Lychnos 1944), s. 28-43.
cette traduction :

Il mérite d'être mentionné dans ce contexte, que la grande indignation envers la traite négrière, qui avait commencé à s'élever fortement dans le monde à cette époque, avait aussi atteint la Suède. Il a même été avancé que la Suède à cet égard avait été pionnière en ce sens que, en 1779, une alliance avait été établie à Norrköping, sous la direction de Carl Bernhard Wadström avec l'intention de fonder une colonie en Afrique et qu'on y travaillerait à l'abolition de la traite des esclaves . EW Dahlgren, qui a présenté et étudié les sources concernant les actions de Wadström en faveur du combat contre la traite, a cependant montré qu'il était probable que l'intention première de l'alliance de Norrköping n'avait pas été de combattre le commerce des esclaves mais de fonder une communauté Swedenborgienne en Afrique.[177] Il faut savoir que Wadström faisait partie des disciples les plus fervents de Swedenborg en Suède, et parmi ceux-ci était généralement répandue la croyance que la Nouvelle Jérusalem existait en Afrique. On désirait donc se rendre à l'intérieur de l'Afrique à la recherche de la ville aux rues d'or, et Gustav III s'intéressait à cette affaire "du moins dans la mesure où il s'agissait de rechercher de l'or et des pierres précieuses."[178] Il accorda en fait à 40 familles l'autorisation d'émigrer sur les côtes occidentales de l'Afrique mais, entre autre à cause de la guerre qui sévissait entre la France et l'Angleterre, cette entreprise ne vit pas le jour.[179] Par contre Wadström entreprit un voyage sur les côtes sénégalaises en compagnie d'Anders Sparrman ainsi que du chimiste et minéralogiste Carl Axel Arrhenius. Ce dernier s'était fait connaître auparavant comme explorateur et, dans une relation de voyage qui avait paru dès 1783, il avait décrit de manière effroyable l'esclavage en Afrique du Sud.[180] Dahlgren parle à propos de Wadström de "son zèle pour un mouvement dans lequel il a été introduit peut être plus fortuitement qu'intentionnellement",[181] et il semble probable que c'est en grande partie à cause de l'influence de Sparrman que l'intérêt de Wadström s'est dirigé sur le combat contre le commerce des esclaves. Dans la relation de son voyage en Afrique, que Wadström lui-même fit paraître à Londres en 1789, il fait remarquer que l'installation de colonies européennes en Afrique était le moyen le plus efficace d'améliorer le sort des nègres et de réprimer la traite des esclaves.[182] La colonie anglaise de Sierra Leone était une tentative de mettre en pratique des plans similaires.

[177] E. W. Dahlgren, Wadström Bernhard Carl. I: NTBB 1915.
[178] Rob. Sundelin, l'histoire du Swedenborgisme en Suède, p. 53.
[179] E. W. Dahlgren, op.cit., p. 5.
[180] A. Sparrman, Journey to cape Good Hope, p. 210 et suiv., 229 et suiv., 320 et suiv. et 752 et suiv.
[181] Dahlgren, op.cit., p. 18.
[182] Ibid., p. 22 et suiv. Voir aussi S. Lindroth, Adam Afzelius (Lychnos 1944), p. 28-43.

S:t Barthélemysällskapet
Suédonaute accro
Suédonaute accro
Messages : 1020
Inscription : 09 févr. 2007 12:08
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par S:t Barthélemysällskapet » 07 mai 2011 00:56

nous voici donc rendus fin p. 141, début p. 142 :wink:
Efter sin afrikanska expedition begåvo sig Wadström och Sparrman till London, där en kommitté 1788 tillsatts av privy council för att undersöka slavfrågan. De båda svenskarna inkallades och förhördes inför denna kommitté,[183] och de synas ha spelat en viss roll för frågans behandling i underhuset, vilket dock ej kunde hindra, att förslaget om slavhandelns avskaffande där avslogs 1791.[184]
Även Gustav III ombads att göra sin insats i denna humanitära fråga.[185] Man fruktade nämligen i England, att om engelsmännen förbjödo slavhandeln, skulle denna näringsgren bliva så mycket mer inkomstbringande för övriga nationer, som icke fattat något liknande beslut. Det behövdes därför en internationell sammanslutning för slavhandelns avskaffande, och i spetsen för denna borde stå en monark, som inte själv hade någon del i denna handel. Kommittén för slavhandelns avskaffande översände därför med Sparrman till Gustav III några böcker i frågan samt ett brev, vari konungen uppmanades att hindra sina undersåtar att deltaga i denna skamliga handel. Genom Sparrman underrättades kommittén sedan om att konungen nådigt mottagit hänvändelsen, men "att han tyvärr — 'in consequence of those hereditary [sic!] possessiona which had devolved upon his majesty' — nödgades erkänna, att han vore härskare öfver en ö [Sankt Barthelemy], som hufvudsak-ligen blifvit befolkad af afrikanska slafvar, men att han ofta er­inrat sig deras hårda lott, Hvad slafhandeln beträffade, så hade han aldrig hört talas om, att någon köpman från hans land tagit del däri, och han ville göra allt hvad han kunde för att de äfven framdeles skulle hålla sig obefläckade däraf, i händelse England skulle visa prof på det storsinne, som man gifvit honom anledning att emotse".[186] Ett ganska förbluffande uttalande av den konung, som ett par år tidigare givit landets västindiska kompani tillstånd att driva slavhandel på afrikanska kusten!


[183] Ibid., s. 13 f. och 16.
[184] Ibid. s. 18. Om Wadström föreligger en större litterautr, än vad som här redovisats. Vissa problem skymta emellertid på denna punkt, särskilt angående hans roll vid kolonisationen av Sierra Leone. Ett bestämt ställningstagande härvidlag skulle kräva vidlyftigare forskningar, än som här kunnat företagas be träffande omständigheter, som falla utanför det egentliga ämnet för denna avhandling.
[185] Ibid. s. 14 ff.
[186] Ibid. s. 15 f. Utgör övers, av Thomas Clarkson, The history... of the abolition of the slave-trade, 1, s. 566.
et j'obtiens ceci :

Après leur expédition Wadström et Sparrman ont quitté l'Afrique pour Londres, où en 1788 un comité fut nommé par le Conseil privé pour enquêter sur la question de l'esclavage. Les deux Suédois ont été appelés et interrogés par le Comité,[183] ​​et ils semblent avoir joué un certain rôle dans la discussion sur la question à la Chambre, qui n'a toutefois pas pu empêcher, que l'idée de l'abolition du commerce des esclaves ait été rejetée en 1791.[184]
Bien que Gustav III ait été invité à prendre part à cette question humanitaire.[185] Il craignait que si l'Angleterre et la Colombie interdisait le commerce des esclaves, l'industrie ne devienne beaucoup trop rentable pour les autres nations, qui n'auraient pas pris une décision similaire. Il fallait, par conséquent, une association internationale pour l'abolition de la traite des esclaves, avec à sa tête un monarque, qui n'avait lui-même pris aucune part dans ce commerce. Le comité de l'abolition de la traite des esclaves a donc fait envoyer par Sparrman à Gustav III les livres en question et une lettre, où le roi demandait d'empêcher à ses sujets de participer à ce commerce honteux. Sparrman a informé le Comité que le roi avait gracieusement reçu sa demande, mais que (???«malheureusement, il -« Les conséquences de ces héréditaires [sic] possessiona lesquelles la loi a dévolu à Sa Majesté »- a été forcé d'admettre qu'il était chef d'un île [Saint-Barthélemy], qui est la chose principale, l'écriture avait été peuplée par des esclaves africains, mais il a souvent rappeler leur sort dur, "que sur le commerce des esclaves, il n'avait jamais autorisé, à n'importe quel marchand de son pays d'y participer, et il voulait tout faire de sa façon de la même dans l'avenir restera intacte de celui-ci, dans les cas où l'Angleterre serait s'avérer prophétique à l'intérieur de grandes, comme on lui avait donné raison à la hâte."???)[186] Une déclaration assez surprenante pour un roi, qui, quelques années auparavant avait donné l'autorisation à la Compagnie des Indes Occidentales de participer à la traite des esclaves sur la côte africaine !


[183] ​​Ibid., p. 13 et suiv. et 16.
[184] Ibid. p. 18. Il y a une plus grande littérature sur Wadström, que celle rapportée ici. (Certains problèmes, toutefois, un aperçu de ce point, en particulier en ce qui concerne son rôle dans la colonisation de la Sierra Leone ???). Une prise de position ferme à cet égard, il faudrait de volumineuses recherches, ce pourrait d'être entreprises pour poser les faits pertinents, mais qui n'entrent pas dans le sujet même de cette thèse.
[185] Ibid. p. 14 et suiv.
[186] Ibid. p. 15 et suiv. La traduction, par Thomas Clarkson, The history... of the abolition of the slave-trade, 1, p. 566.

Avatar de l’utilisateur
JacquesG
Suédonaute Permanent
Suédonaute Permanent
Messages : 3157
Inscription : 02 janv. 2005 15:01
Niveau de suédois : Avancé
Localisation : Dijon, France
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par JacquesG » 09 mai 2011 09:12

Une nouvelle semaine commence ! :smilie_flagge12:

"Après leur expédition africaine, W et S se sont rendus à Londres où un comité avait été mis sur pied par le Conseil privé pour examiner la question de l'esclavage. Les deux Suédois furent convoqués et entendus par ce comité et il semble qu'ils aient joué un certain rôle lors du débat de la question à la Chambre des communes, ce qui n'a cependant pas empêché que le projet d'abolition de l'esclavage soit rejeté. [184]
On demanda à Gustave III lui-même d'intervenir dans cette question humanitaire. On craignait en fait que si les Anglais interdisaient la commerce d'esclaves, cette branche du commerce ne devienne d'autant plus rentable pour les autres nations qui n'auraient pas adopté une semblable décision. Il y avait donc la nécessité d'un accord international pour l'abolition du commerce d'esclaves, et il fallait placer en tête de ce mouvement un monarque qui n'ait lui-même aucune part dans ce commerce. Le comité pour l'abolition du commerce d'esclaves dépêcha Sparrman auprès de Gustave III avec quelques livres sur la question ainsi qu'une lettre où l'on exhortait le roi à empêcher ses sujets de pratiquer ce commerce honteux."

Je comprends effectivement que l'on a envoyé S chez le roi avec les documents, et non que l'on a envoyé les documents par l'intermédiaire de S. Mais finalement le résultat est le même : les documents en question sont parvenus au roi ! :wink:

exhorter à faire, exhorter de faire... il faut que je cherche dans le Robert, mais il est sur un autre pc !
Réponse : "exhorter à" en langue moderne, "exhorter de" en langue ancienne. A vous de choisir !

S:t Barthélemysällskapet
Suédonaute accro
Suédonaute accro
Messages : 1020
Inscription : 09 févr. 2007 12:08
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par S:t Barthélemysällskapet » 09 mai 2011 19:15

la thèse date de 1951... on va choisir la langue moderne même s'il est question d'h'istoire ancienne 8)

Avatar de l’utilisateur
JacquesG
Suédonaute Permanent
Suédonaute Permanent
Messages : 3157
Inscription : 02 janv. 2005 15:01
Niveau de suédois : Avancé
Localisation : Dijon, France
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par JacquesG » 10 mai 2011 09:13

Fin du passage : (effectivement, les déclarations de Google ne sont pas claires ! :D )

Par Sparrman, le comité apprit par la suite que le Roi avait bien reçu la demande mais que "il était malheureusement forcé de reconnaître - 'in consequence of those hereditary [sic!] possessiona which had devolved upon his majesty- que, s'il était possesseur d'une île (SB) qui était principalement peuplée d'esclaves africains dont il se rappelait souvent le sort misérable, en ce qui concerne le commerce d'esclaves, il n'avait jamais entendu dire qu'un commerçant de son pays s'y était livré, et il voulait faire tout ce qui était en son pouvoir pour que ces commerçants ne s'y compromettent pas davantage à l'avenir, dans le cas où l'Angleterre donnerait des preuves de la grandeur d'âme qu'on lui avait laissé entrevoir"[186] Une déclaration tout à fait étonnante de la part d'un roi qui, quelques années auparavant, avait accordé à la Compagnie des Indes Occidentales l'autorisation de pratiquer le commerce d'esclaves sur les côtes de l'Afrique !

Texte anglais : en conséquence des possessions héréditaires (sic) qui avaient été dévolues à sa Majesté
Mais vous aviez sans doute compris !

S:t Barthélemysällskapet
Suédonaute accro
Suédonaute accro
Messages : 1020
Inscription : 09 févr. 2007 12:08
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par S:t Barthélemysällskapet » 11 mai 2011 05:56

le correcteur qui est passé derrière le traducteur numérique a visiblement manqué de vigilence avec cette phrase en anglais :D

voici la synthèse de vos traductions pour cette partie, pourriez-vous confirmer les parties soulignées :
Efter sin afrikanska expedition begåvo sig Wadström och Sparrman till London, där en kommitté 1788 tillsatts av privy council för att undersöka slavfrågan. De båda svenskarna inkallades och förhördes inför denna kommitté,[183] och de synas ha spelat en viss roll för frågans behandling i underhuset, vilket dock ej kunde hindra, att förslaget om slavhandelns avskaffande där avslogs 1791.[184]
Även Gustav III ombads att göra sin insats i denna humanitära fråga.[185] Man fruktade nämligen i England, att om engelsmännen förbjödo slavhandeln, skulle denna näringsgren bliva så mycket mer inkomstbringande för övriga nationer, som icke fattat något liknande beslut. Det behövdes därför en internationell sammanslutning för slavhandelns avskaffande, och i spetsen för denna borde stå en monark, som inte själv hade någon del i denna handel. Kommittén för slavhandelns avskaffande översände därför med Sparrman till Gustav III några böcker i frågan samt ett brev, vari konungen uppmanades att hindra sina undersåtar att deltaga i denna skamliga handel. Genom Sparrman underrättades kommittén sedan om att konungen nådigt mottagit hänvändelsen, men "att han tyvärr — 'in consequence of those hereditary [sic!] possessiona which had devolved upon his majesty' — nödgades erkänna, att han vore härskare öfver en ö [Sankt Barthelemy], som hufvudsak-ligen blifvit befolkad af afrikanska slafvar, men att han ofta er­inrat sig deras hårda lott, Hvad slafhandeln beträffade, så hade han aldrig hört talas om, att någon köpman från hans land tagit del däri, och han ville göra allt hvad han kunde för att de äfven framdeles skulle hålla sig obefläckade däraf, i händelse England skulle visa prof på det storsinne, som man gifvit honom anledning att emotse".[186] Ett ganska förbluffande uttalande av den konung, som ett par år tidigare givit landets västindiska kompani tillstånd att driva slavhandel på afrikanska kusten!


[183] Ibid., s. 13 f. och 16.
[184] Ibid. s. 18. Om Wadström föreligger en större litterautr, än vad som här redovisats. Vissa problem skymta emellertid på denna punkt, särskilt angående hans roll vid kolonisationen av Sierra Leone. Ett bestämt ställningstagande härvidlag skulle kräva vidlyftigare forskningar, än som här kunnat företagas be träffande omständigheter, som falla utanför det egentliga ämnet för denna avhandling.
[185] Ibid. s. 14 ff.
[186] Ibid. s. 15 f. Utgör övers, av Thomas Clarkson, The history... of the abolition of the slave-trade, 1, s. 566.
votre traduction :

Après leur expédition africaine, Wadström et Sparrman se sont rendus à Londres, où en 1788 un comité avait été mis sur pied par le Conseil privé pour examiner la question de l'esclavage. Les deux Suédois furent convoqués et entendus par ce comité,[183] et il semble qu'ils aient joué un certain rôle lors du débat de la question à la Chambre des communes, ce qui n'a cependant pas empêché que le projet d'abolition du commerce des esclaves soit rejeté en 1791.[184]
On demanda à Gustave III lui-même d'intervenir dans cette question humanitaire.[185] On craignait en fait que si les Anglais interdisaient le commerce des esclaves, cette branche du commerce ne devienne d'autant plus rentable pour les autres nations qui n'auraient pas adopté une semblable décision. Il y avait donc la nécessité d'un accord international pour l'abolition du commerce des esclaves, et il fallait placer en tête de ce mouvement un monarque qui n'ait lui-même aucune part dans ce commerce. Le comité pour l'abolition du commerce des esclaves dépêcha Sparrman auprès de Gustave III avec quelques livres sur la question ainsi qu'une lettre où l'on exhortait le roi à empêcher ses sujets de pratiquer ce commerce honteux. Par Sparrman, le comité apprit par la suite que le Roi avait bien reçu la demande mais que "il était malheureusement forcé de reconnaître — 'in consequence of those hereditary [sic!] possessiona which had devolved upon his majesty' (en conséquence des possessions héréditaires (sic) qui avaient été dévolues à sa Majesté) — que, s'il était possesseur d'une île (Saint-Barthélemy) qui était principalement peuplée d'esclaves africains dont il se rappelait souvent le sort misérable, en ce qui concerne le commerce des esclaves, il n'avait jamais entendu dire qu'un commerçant de son pays s'y était livré, et il voulait faire tout ce qui était en son pouvoir pour que ces commerçants ne s'y compromettent pas davantage à l'avenir, dans le cas où l'Angleterre donnerait des preuves de la grandeur d'âme qu'on lui avait laissé entrevoir".[186] Une déclaration tout à fait étonnante de la part d'un roi qui, quelques années auparavant, avait accordé à la Compagnie des Indes Occidentales l'autorisation de pratiquer le commerce des esclaves sur les côtes de l'Afrique !


[183] ​​Ibid., p. 13 et suiv. et 16.
[184] Ibid. p. 18. Il y a une plus grande littérature sur Wadström, que celle rapportée ici. Certains problèmes ne sont cependant qu'entre-vus sur ce point, en particulier en ce qui concerne son rôle lors de la colonisation de la Sierra Leone. Prendre position avec précision à ce sujet nécessiterait de faire des recherches plus poussées que celles qui ont pu être faites ici concernant des faits qui sont en dehors du propos de cette thèse.
[185] Ibid. p. 14 et suiv.
[186] Ibid. p. 15 et suiv. Traduction, de Thomas Clarkson, The history... of the abolition of the slave-trade, 1, p. 566.
Dernière modification par S:t Barthélemysällskapet le 11 mai 2011 18:38, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
JacquesG
Suédonaute Permanent
Suédonaute Permanent
Messages : 3157
Inscription : 02 janv. 2005 15:01
Niveau de suédois : Avancé
Localisation : Dijon, France
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par JacquesG » 11 mai 2011 09:46

En ce qui concerne les trois passages soulignés dans le texte, je confirme !

Pour les notes, voici :

184 Il y a une plus grande littérature sur Wadström que celle rapportée ici. OK
Certains problèmes ne sont cependant qu'entre-vus sur ce point, en particulier en ce qui concerne son rôle lors de la colonisation de la Sierra Leone. Prendre position avec précision à ce sujet nécessiterait de faire des recherches plus poussées que celles qui ont pu être faites ici concernant des faits qui sont en dehors du propos de cette dissertation/thèse.

186 Utgör övers. = représente(nt ?) la traduction de etc. = c'est la traduction de

S:t Barthélemysällskapet
Suédonaute accro
Suédonaute accro
Messages : 1020
Inscription : 09 févr. 2007 12:08
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par S:t Barthélemysällskapet » 11 mai 2011 18:34

j'ai corrigé directement :wink:

et nous en arrivons maintenant à la toute dernière partie de ce chapitre, p. 142-143... bientôt le manuscrit ! :P
Men i den mån den wadströmska rörelsen var riktad emot slavhandeln, kunde den stödja sig på en kraftig opinion inom landet, vilket redan tidigare påpekats av Harald Elovson.[187] Denne har också fäst uppmärksamheten på en med skarp udd mot negerslaveriet försedd insändare i den oppositionelle P. af Lunds tidning Tryck-Friheten den Wälsignade för januari 1784.[188] Här bedömdes såväl Franklin som hela den amerikanska nationen med ovilja på grund av att slaveriet florerade i deras land. Men även i andra tidningar märker man intresse för slavfrågan. Sålunda återfinnes i Götheborgska nyheter för den 21—28 aug. 1784 en lång och upprörd skildring av slaveriet i Amerika. Dagligt allehanda meddelade den 19 april 1786 ett brevutdrag, som gav en skräckskildring av slavhandeln på Guineakusten, och samma tidning hade några månader senare, den 16 nov., en utredning i slavfrågan, som slutade med följande förkastelsedom: "Det är en skam för den uplysta werlden, ät slafhandel ännu drifwes äfwen utaf de folkslag, hwilka bekänna sig til Christendomen. Detta bruk hindrar wettenskaper, slögder och folkökningen."
Sven Dahlman ägnade också de två första kapitlen av sin beskrivning över S:t Barthélemy åt en skildring av slaveriet i Amerika,[189] och han skildrade där slavarnas usla ställning.
Ehuru slavhandeln sanktionerades av de styrande, var den alltså synnerligen impopulär inom stora delar av det svenska folket. Intressant är emellertid, att förvärvet av S:t Barthélemy i svensk diskussion aktualiserade ett av dåtidens mest brännande humanitära problem. Vi skola längre fram i denna avhandling återkomma till frågan om svenskarnas inställning till slavhandeln.


[187] H. Elovson, Amerika i svensk litteratur, s. 124.
[188] Ibid., s. 122 ff.
[189] Upfostrings-Sälskapets historiska bibliothek, 1786, s. 105 ff., 113 ff., 121 ff. och 131 ff.
j'en suis là :

Mais dans la mesure où le mouvement de wadström était dirigée contre la traite des esclaves, il pouvait s'appuyer sur une forte opinion publique dans le pays, qu'a déjà fait remarquer Harald Elovson.[187] Il a également attiré l'attention sur (???) contre l'esclavage des nègres qui avait été publié par le rédacteur en chef du journal d'opposition de Lund, le Journal de liberté de la presse de Wälsignade de janvier 1784.[188] Il a été jugé par (les deux Franklin que toute la nation américaine avec le refus ???) au motif que l'esclavage a prospéré dans leur pays. Mais aussi dans d'autres journaux, il faut remarquer un intérêt dans la question des esclaves. Ainsi, se trouve dans les nouvelles de Götheborg du 21 au 28 août 1784, une description longue et qui s'indigne de l'esclavage en Amérique. Le Daily a publié le 19 avril 1786 un extrait d'une lettre, qui a consisté en une représentation de l'horreur de la traite négrière sur la côte de Guinée, et le même journal avait publié quelques mois plus tard, le 16 novembre, une enquête sur la question des esclaves, qui finissait avec la condamnation suivante: "C'est une honte pour (?), ???. Cette pratique ??? et la croissance de la population."
Sven Dahlman a aussi consacré les deux premiers chapitres de sa description de Saint-Barthélémy, à une représentation de l'esclavage en Amérique,[189] et il y a décrit la position des esclaves pauvres.
Bien que le commerce des esclaves ait été autorisé par les dirigeants, il a donc été extrêmement impopulaire dans de nombreuses parties du peuple suédois. Fait intéressant, toutefois, que l'acquisition de Saint-Barthélemy dans le débat suédois a soulevé (un de ces jours ?) les plus urgents problèmes humanitaires. Nous reviendrons plus loin dans cette thèse à la question de l'attitude des Suédois vis à vis à la traite négrière.


[187] H. Elovson, Amerika i svensk litteratur (l'Amérique dans la littérature suédoise), p. 124.
[188] Ibid., p. 122 et suiv.
[189] Bibliothèque de l'association historique ?,1786, p. 105 et suiv., 113 et suiv., 121 et suiv. et 131 et suiv.

Avatar de l’utilisateur
JacquesG
Suédonaute Permanent
Suédonaute Permanent
Messages : 3157
Inscription : 02 janv. 2005 15:01
Niveau de suédois : Avancé
Localisation : Dijon, France
Contact :

Re: Den svenska Kolonin St-Barthelemy och Västindiska Kompan

Message par JacquesG » 12 mai 2011 09:14

Et moi, là : :)

Mais dans la mesure où le mouvement de Wadström était dirigé contre la traite des esclaves, il pouvait s'appuyer sur une forte opinion publique dans le pays, ce qu'a déjà fait observer H E. Celui-ci a aussi attiré l'attention sur le courrier d'un lecteur, contenant une pointe acérée contre l'esclavage des noirs, dans le journal d'opposition de P av Lund, Tryck-Friheten den Wälsignade, en janvier 1784. Franklin, tout comme l'ensemble de la nation américaine, y était jugé négativement en raison de l'épanouissement de l'esclavage dans leur pays. Mais dans d'autres journaux aussi on remarque un intérêt pour la question de l'esclavage. Ainsi on trouve dans le Götheborgska nyheter du 20-28 août 1784 une longue description outrée de l'esclavage en Amérique.

à suivre...

Tryck-Friheten den Wälsignade = le nom du journal en question = m à m : Liberté de presse bénie !


Répondre

Revenir à « Saint Barthélemy »