Recherche poste marketing en suède sans expérience

Faites vos premiers pas en Suède et découvrer un peu plus ce pays de Scandinavie.

Modérateurs : suede, chager, Modérateurs

gantoris
Messages : 1
Inscription : 15 sept. 2018 21:41

Recherche poste marketing en suède sans expérience

Message par gantoris » 15 sept. 2018 21:55

Bonjour,

J'ai rejoint la ville de Sunsdvall cette année pour vivre avec mon chéri.

J'ai un Bac+5 en marketing mais je n'ai pas réalisé de stage.
Je suis très à l'aise en anglais, mais je ne suis qu'au début de mon apprentissage du suédois.

Je ne trouve pas d'offre d'emploi correspondant à mon niveau (suédois et expérience professionnelle minimale de 3 ans demandée), encore moins sur Sundsvall.

J'ai été à l'équivalent du pôle emploi ici mais je n'ai pas reçu de conseil vraiment pertinent.

Avez vous des conseils à me donner hormis linkedin ?
Des forums vers lesquels me diriger ?
Je pense notamment à élargir mes recherches aux associations qui sont moins exigeantes sur l'expérience.

Merci par avance.

bech
Modérateur
Modérateur
Messages : 1600
Inscription : 18 oct. 2007 15:02
Localisation : Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée
Contact :

Re: Recherche poste marketing en suède sans expérience

Message par bech » 16 sept. 2018 19:11

Bienvenue sur ce forum.

Je n'ai été en suède qu'en touriste, donc, je laisserai à des résidents en suède le soin de compléter. Pour te répondre, je me base sur la connaissance des discussions qui ont eu lieu sur ce forum, et d'autre part sur ma carrière professionnelle en France.

Premier point, la langue.
Je conçois que pour certains emplois d'ingénieur dans le domaine des hautes technologies, la langue de travail soit l'anglais, mais pour le marketing, sauf à viser des marchés à l'export en dehors des pays scandinaves, ça me parait surréaliste.

Donc, premier point, bien maitriser la langue du pays. "Si moi vouloir vendre à toi mes super produits, moi les vanter, toi risquer de pas être intéressée juste car moi parler à toi comme ça".
Ça doit être la priorité des prochains mois, quitte à ne pas exercer d'emploi rémunéré, ce qui laisse du temps pour l'apprentissage.

Deuxième point : un premier emploi
Ensuite, effectivement, il faudra chercher un emploi sans expérience et moins bien payé que ce qui est proposé pour les emplois avec 3 ans d'expérience minimum.
Pour ma part, lorsque j'ai commencé à travailler dans l'industrie avec une maîtrise (BAC + 4) et aucun stage de fait, l'employeur m'a dit qu'il n'y a rien qui correspondait pour ce diplôme. C'était soit technicien (BAC + 2), soit ingénieur (BAC + 5).
J'ai donc été embauché comme technicien. L'employeur étant content de mes compétences, mon salaire a rapidement augmenté les premières années, et au bout de 5 ans, je suis passé ingénieur comme le prévoyait la convention collective.

Ton cursus pourrait être similaire : une embauche en deçà de ta qualification, mais quand même dans ta spécialité, et puis, selon l'évolution de ta carrière dans la première entreprise, soit tu y restes, soit tu vas voir ailleurs en ayant des années d'expérience à valoriser.

__________________________________________________

Tant qu'on est à parler marketing, en hors sujet, je ne sais pas à quoi servent 5 ans d'étude post BAC sur ce sujet et surtout à quoi servent les marqueteurs des grosses entreprises industrielles qui produisent des objets à base d'électronique. Il m'arrive de penser que si elles se débarrassaient de ses minables pour demander aux clients quels sont les produits ou les caractéristiques de produits qu'il ne trouvent pas sur le marché, elles seraient beaucoup plus innovantes.

Un exemple. Une montre avec afficheur à cristaux liquides donne l'heure en permanence et la consommation de l'afficheur est tellement faible que la pile de la montre dure plusieurs années. Un simple coup d'oeil à la montre permet de voir l'heure, que ce soit dehors en plein soleil ou dedans dans un lieu éclairé plus modérément. Ce n'est que dans un environnement très sombre, ou carrément dans le noir, qu'il faudra activer un rétro éclairage (gourmand en électricité) pour pouvoir lire l'heure.

Les téléphones portables du début du siècle (ceux qui permettaient de passer des appels et d'envoyer des SMS) fonctionnaient avec ce type d'afficheur. Pour ceux qui, comme moi, ne les trimballent pas partout, un simple passage près du téléphone lors du retour à domicile permettait de s'apercevoir (sans même penser à regarder) qu'on a reçu un appel ou un SMS, alors que sur les téléphones actuels qui ont un écran noir par défaut, il faut faire une manipulation pour allumer l'afficheur.

La différence technologique est que les écrans actuels de téléphone fonctionnent en couleur. Et pour avoir la couleur avec des afficheurs à cristaux liquides, on utilise des filtre bleus, verts et rouge qui absorbent beaucoup de lumière. On sait faire des afficheurs en niveaux de gris qui se contentent de la lumière incidente, mais pour avoir la couleur (surtout si on veut des couleurs vives), il faut d'une façon ou d'une autre produire de la lumière et pour ça consommer beaucoup plus d'électricité que ce dont l'afficheur à cristaux liquides a besoin.

Mais tout le monde n'a pas forcément besoin de la couleur sur l'afficheur :
- pour appeler quelqu'un au téléphone
- pour lire ou écrire des SMS (activité de beaucoup)
et même pour la consultation de sites internet, la couleur n'est pas toujours indispensable.

Le problème n'est pas qu'il existe des téléphones avec un afficheur couleur, mais qu'on ne trouve plus que de ça. Et en imposant les écrans couleurs aux utilisateurs, les fabricants leur imposent aussi leur limitations technologique et donc leurs inconvénients, là où ils pourrait y avoir 2 gammes de produits aux possibilités complémentaires.

A noter aussi que même si certains n'ont pas besoin d'un afficheur actif 24 H / 24, l'utilisation d'un afficheur en niveaux de gris peut augmenter pas mal l'autonomie de la batterie en utilisation, lorsque cette utilisation consiste à rédiger des SMS ou des mails, activité qui nécessite un afficheur actif, mais ni une unité de calcul puissante, ni une émission radio permanente.

Il y a même des possibilités intermédiaires. Comme un téléphone a deux faces, on peut mettre deux afficheurs. Un en niveaux de gris actif en permanence, l'autre en couleur activé à la demande, tout comme le sera la dalle tactile de l'afficheur en niveaux de gris.
Il y a aussi la possibilité de mettre des filtres colorés moins denses ou des filtres jaune, magenta, cyan qui ne permettront pas d'avoir des couleurs très vives, mais tout de même des nuances colorées sur un afficheur moins clair que s'il était juste en niveau de gris, mais quand même bien visible sans rétro éclairage.


Même chose pour les ordinateurs portables. Au siècle dernier, au lieu de rester au bureau dans la maison, j'aurai aimé un ordinateur portable utilisable sur ma terrasse au printemps et en été, pour y bronzer tout en continuant de développer des logiciels. Mais déjà, l'ordinateur portable que j'avais acheté avait un écran noir par défaut et n'a pas servi.
Encore cet été, pendant mes vacances, j'ai alterné des journées dans mon appartement pour pouvoir travailler sur mon ordinateur, mais ne pas finalement faire grand-chose par une température qui a monté à 35 °C, et des après midi à la plage où j'aurai bien aimé avoir un ordinateur avec écran bien lisible en plein soleil, une bonne autonomie électrique et des cellules solaire pour le recharger.

Le pire, c'est que ce genre d'ordinateur a existé, et pas cher. L'idée était de fabriquer des ordinateurs à 100 $ pour les enfants de pays en voie de développement, notamment en Afrique. Une personne d'un pays développé achèterait 2 ordinateurs, un pour elle et un qui serait donné à un enfant via une ONG. Coût réel pour l'acheteur, plutôt dans les 250 $.

Ces ordinateurs ont été fabriqués avec un écran d'un gris moyen lorsque éteint avec 2 possibilités d'affichage : en niveaux de gris sans rétro éclairage et en couleur rétro éclairé. Quant au clavier, il est recouvert d'une membrane de protection qui empêcherai le sable et les autres saletés de rentrer. Tout ce qu'il faut pour un ordinateur de plage. Seul hic, en plus de l'alimentation secteur, un chargeur à manivelle, ludique pour un enfant, mais moins pratique que des cellules solaires pour les autres. C'est peut être le pris d'un compromis permettant d'avoir l'ordinateur à 120 ou 130 $ l'unité.

Malheureusement, ce genre d'ordinateur n'a pas été proposé en France, et bien que l'idée et sa réalisation technique (pour pas cher) date d'une bonne dizaine d'années, aucun fabricant d'ordinateur n'a été suffisamment peu stupide pour se mettre à proposer dans leur gamme ce genre de produits.
En cherchant sur internet, à la place d'ordinateurs de plage clé en main, j'ai vu plutôt des discussions de personnes qui se fabriquent des caches pour arriver à utiliser leur ordinateur portable à l'écran peu lisible à l'extérieur. Preuve que mon besoin n'est pas exceptionnel.


Plus brièvement, un exemple dans le domaine de la photo.

Au début du siècle, lorsque les premier et très couteux appareils numériques ont été commercialisés avec des définitions de 1,5 mégapixels, j'avais calculé qu'il faudrait 6 mégapixels (3000 x 2000) pour avoir la qualité d'une diapositive projetée sur un écran.

Actuellement, des appareils photos avec des capteurs de 24 x 36 mm de 40 à 50 mégapixels sont proposés, ainsi que d'autres avec des capteurs de 16 x 24 mm de 18 à 14 mégapixels. Dans les deux cas, on a un très bon niveau de qualité, même en basse lumière.

Mais il y a aussi des avantages à fabriquer des appareils avec un capteur plus petit. L'ennui, c'est qu'il y a aussi la course aux pixels pour ses appareils. Un bridge que j'ai acheté a un capteur d'environ 7 x 5 mm monte lui aussi à 18 mégapixels, mais il vaut mieux ne pas agrandir l'image, sinon on voit des défauts qui sont déjà moindres sur au autre appareil de la marque, même format de capteur qui ne monte qu'à 10 mégapixels. Et pour s'approcher davantage de la qualité d'image d'un boitier reflex, il faudrait encore réduire les pixels pour que ceux qui restent sur le capteur ne soient pas trop petits.

J'ai gardé le même avis : 6 mégapixels suffisent pour une très bonne photo. Si on peut monter au delà sans sacrifier la qualité (image bruitée) pourquoi pas, mais sacrifier le résultat pour annoncer des pixels en plus, c'est de la stupidité de marqueteur.
A titre de comparaison, la télévision haute définition sur grand écran utilise seulement 2 mégapixels (1920 x 1080), ce qui avec un écran d'un mètre de large donne des détails d'un demi millimètre.
bech : comme Bernard Ch....... Pourquoi chercher à faire un pseudo compliqué ?

Sites Internet: http://bech.free.fr , http://chansonbech.tuxfamily.org/ , http://libremail.tuxfamily.org/ , http://nouvellepeau.free.fr , http://apertiumtrad.tuxfamily.org

Répondre

Revenir à « Premiers pas en Suède »